Accéder au contenu principal

Génération Erasmus - Se décider à partir

Guten Tag ! Hi ! Holà !

Erasmus, la grande aventure, la grande bringue, la grande mode ? On entend tout (et parfois n'importe quoi!) sur les Erasmus. Alors j'avais envie de partager des petits bouts de mon aventure avec vous. C'est parti !


Quand on arrive dans une ville, on voit des rues en perspective. Des suites de bâtiments vides de sens. Tout est inconnu, vierge. Voilà, plus tard on aura marché dans ces rues, on aura été au bout des perspectives, on aura connu ces bâtiments, on aura vécu des histoires avec des gens. Quand on aura vécu dans cette ville, cette rue on l’aura prise dix, vingt, mille fois. Au bout d’un temps cela vous appartient parce qu’on y a vécu.

L’auberge espagnole (film de Cédric Klapisch), Xavier


Erasmus, c'est quoi ? 

Alors, déjà, c'est qui ? Un bonhomme du Moyen-Âge, Erasme, d'après Wiki est une des figures majeures de l'Europe, notamment grâce à son écrit "Eloge de la folie". Est-ce en référence à celui là que l'Europe a nommé son programme Erasmus ? Je ne sais pas !
Donc Erasmus, c'est un programme d'échanges d'étudiants et d'enseignants entre les universités d'Europe. En gros, si tu prévois de partir en Europe, ça se matérialisera par une montagne de papiers (mais ça vaut le coup, je t'assure!). Et pendant le voyage, Erasmus te finance une bourse pour mieux faire la fête découvrir le pays.

Cette année le programme fête ses 30 ans, et à cette occasion, il y a plein de publications, du coup, je me suis rendue compte que je m'identifiais vraiment à ce qu'on dit : "Génération Erasmus".




Mon projet d'Erasmus

Déjà, quand je suis rentrée en licence à l'IER, à Annecy, je savais que la 3ème année se ferait à l'international. Au début, je disais à tout le monde "oh, un semestre dans l'hémisphère nord, un dans l'hémisphère sud, ça serait cool". Ensuite, la réalité m'a rattrapé. Je n'étais jamais vraiment partie loin, alors partir m'installer encore plus loin, j'étais pas prête je crois. Erasmus, l'Europe, c'était déjà pas mal pour moi.

Bref, quand il s'est agit de faire les vœux, mes ambitions étaient différentes. Je ne visais pas de pays anglophone pour ne pas avoir à rentrer en concurrence avec mes copains de l'IER et tous les autres étudiants qui ont la même idée : apprendre l'anglais. 

L'allemand est nettement moins couru, et une des facs proposées en Allemagne me plaisait bien, et leur ouverture faisant, j'étais presque sûre d'être prise (malgré mon niveau d'allemand... déplorable). 



Comment on part ? 

En train ? En avion ? Non, en commençant par faire des papiers. Beaucoup de papiers. Si je me rappelle bien, c'est d'abord une autorisation de départ de la fac de départ (Université de Lyon pour moi) : une formalité en général. Ensuite, il s'agit de sélectionner quelques universités qui te plaisent, pour les cours hein ! (la ville, n'est pas censée être un critère de choix.)
Tu envoies les demandes, et là, bam : les résultats. J'ai eu la chance (non, en fait, je crois qu'ils prenaient tout le monde!) d'être acceptée à Stuttgart, Université Hohenheim. 

Donc maintenant, tu dois faire ta demande à ta banque, ton assureur, tes parents (j'espère que c'est déjà fait! Ou que tu n'attends pas leur avis !) pour partir. 

Un check up complet de santé permettra de ne pas être obligé-e d'aller chez l'ophtalmo dans un pays inconnu. Déjà qu'en français on comprend rien alors imagine ! 

Bref, une fois que toutes les formalités sont remplies, que le jour du départ reste plus qu'à préparer concrètement la valise, et se dire que ça y'est, c'est parti !




Je crois que si on n'avait pas été obligés de partir, je n'aurai pas fait le pas par moi même, mais je suis ravie d'avoir été poussée à partir. De toutes les personnes qui sont parties, que je connais personne n'a regretté. Pour chacun de nous, c'est une (la?) plus belle expérience qui nous a été donné de vivre.


On se retrouve bientôt pour se raconter l'Erasmus, quand on est dedans, là bas.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rando d'été #1 - Le Haut Doubs

Fin de l'été ? Mais encore du soleil ! C'est le début d'une petite série de promenades-nature, de verdure ...
La première se déroule dans le Haut Doubs, pour nos vacances de l'été dernier que je n'ai jamais pris le temps de partager ici mes images.  En voici un petit extrait. 
“Je suis comme un océan transformé en lac et qui aurait la nostalgie de ses marées, de ses vagues et de ses tempêtes.” Geneviève Dormann

Les promenades ont commencé au dessus du Lac de Remoray et Saint-Point. On s'est aussi baigné dedans, petit moment de joie une fois qu'on a enfin réussi à rentrer dans l'eau !











Le fort Saint-Antoine est un ancien fort Vauban qui a été superbement reconverti. Après les activités militaires, le visionnaire Marcel Petite a acheté ces forts pour faire affiner les meules de Comté. Aujourd'hui, c'est plus de 100 000 meules qui sont affinées entre 10 et 20 mois pour la plupart, dans l'enceinte du fort.
La température fraiche était bien appréci…

- Un sac d'été -

A l'assaut de ma machine à coudre !
Depuis que j'ai envie de coudre je me suis lancée dans quelques trousses, pour offrir c'est toujours une bonne idée, mais finalement, je n'avais encore rien cousu pour moi, de portable. Je me suis donc donné un petit défi : coudre un sac à (presque) zéro frais.


L'illumination crée la compréhension, la compréhension crée l'amour, l'amour crée la patience, la patience crée l'unité. J.H. Clarke
Le recyclage comme matière première
Après être allée à la recherche de vieux jeans et dévalisé les placards de toute la famille, c'est parti !
On coupe des grands rectangles dans les jambes. (et on garde les poches de jeans, pour d'autres projets, il y a tellement à faire avec!).
Avec les grands rectangles, on coud un patchwork de jeans de couleur (...degré de délavage, style des jeans en question) différents. A ce stade, vous pouvez faire presque n'importe quoi. Sac, trousse, ou même jupe ou éléments décoratifs.


Créer u…

- Green cake -

Pour les apéros d'été, toutes les idées sont bonnes à prendre ! Et j'ai fait une expérience, plutôt bien réussie que j'ai envie de partager aujourd'hui.



Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai eu la subite envie de faire un cake vert à la vue de feuilles de blettes.  En plus d'être très bon, c'était très joli ! (Mais ça ne goûte pas du tout la blette ou la verdure une fois sortie du four!). On croirait vraiment à un colorant puissant, mais rien de plus naturel.

Faut toujours faire attention à ce qu'on mange ! Le manger, c'est beaucoup plus que du manger, c'est de l'amour.
Jean-Marie Gourio




Temps de préparation : 15 minutes
Cuisson : 180°C - 40 minutes (jusqu'à ce que la pointe du couteau ressorte sèche après avoir piqué le cake).
Les ingrédients 
- Les feuilles de 3/4 côtes de blettes
- un yaourt (ici fait maison!)
- 3 oeufs
- 3/4 du pot de yaourt d'huile d'olives
- 3 pots de farine
- un sachet de levure 
- 1 oignon
- 1 fromage de chèvre frais
- toma…